Mickaël C.



 Je recherche un compositeur-interprète ou un compositeur à la recherche de textes bruts .


 Je peux écrire sur des musiques chantées en yaourt et sur les thèmes de votre choix. 


Voici en exemple quelques textes pour voir mon style d'écriture.

UPPERCUT

Figé sans voix sur ta chaise t'aurais voulu voir Venise

Sur des gondoles, enlacés, revoir ses yeux s'allumer

Prendre sa main, la serrer, partir longer la Tamise

Lui dire les mots qu'elle attend, ceux qui l'auraient fait vibrer

Ou même étreindre son corps brûlant ta peau et rêver


Il y'a comme un courant d'air

Sur ta veste son odeur

Tant de souvenirs, des heures

Un reste de terre promise


Uppercut, uppercut

Là tu voudrais qu'elle te supplie

Courber le temps, rien qu'un sursis

Uppercut, uppercut 

Et les jours, les mois se confondent

T'entends sa voix, t'es plus qu'une ombre

Uppercut, uppercut

Et c'est pire que souffrir

Et c'est pire que souffrir

Quand elle s'en va ta vie s'effondre

Tu décroches et tu chutes


Cloué au fond de son lit tu vois ta vie défiler

Vos jeux, vos rires et ses courbes, un flot d'images périmées

C'était hier dans ses bras, mais pourtant si loin déjà

Et dans tes verres de whisky les jours te semblent des nuits

Tu pleures, soupires, tu maudis chaque minute volée


Il y'a comme un courant d'air

Dans ta tête un gouffre amer

Un brin de souffre et d'éther

L'envie de tout foutre en l'air


Uppercut, uppercut

Là tu voudrais qu'elle te supplie

Courber le temps, rien qu'un sursis

Uppercut, uppercut 

Et les jours, les mois se confondent

T'entends sa voix, t'es plus qu'une ombre

Uppercut, uppercut

Et c'est pire que souffrir

Et c'est pire que souffrir

Quand elle s'en va ta vie s'effondre

Tu décroches et tu chutes


Il y'a comme un froid dans l'air

Que des tunnels sans lueurs

Des sens interdits, des peurs

Et des douleurs qui s'aiguisent


Il y'a comme un courant d'air

Sur ta veste son odeur

Tant de souvenirs, des heures

Et des rêves qui se brisent


Uppercut, uppercut

Là tu voudrais qu'elle te supplie

Courber le temps, rien qu'un sursis

Uppercut, uppercut 

Et les jours, les mois se confondent

T'entends sa voix, t'es plus qu'une ombre

Uppercut, uppercut

Et c'est pire que souffrir

Et c'est pire que souffrir

Quand elle s'en va ta vie s'effondre

Tu décroches et tu chutes

Dépassé

J'ai dans mes affaires, enfouies, des photos déjà ternies

Sur lesquelles on voit briller des visages que j'ai aimés

Quelques jouets usés, des billes, quelques héros démodés

Des vieux papiers, des secrets, dans une boite un trésor

Que des vestiges oubliés qui m'entaillent quand je dors


Ecorché, je suis écorché

Je ne sens plus battre mon coeur

A trop courir, suivre des leurres

Je n'ai pas vu le temps passer

Dépassé, j'me sens dépassé

Et je cherche en vain la lueur

A bout de souffle je perds pied

Laissez moi juste encore rêver

Laissez moi juste encore rêver


J'ai dans ma mallette en cuir, chiffres et courbes qui transpirent

Des outils pour calculer, méditer jusqu'au lever

Un nécessaire pour tenir, d'l'eau, des calmants et bien pire

Des dossiers brûlants, des chèques, dans ma mallette de l'or

Des vertiges sur papier qui me hantent quand je dors


Ecorché, je suis écorché

Je ne sens plus battre mon coeur

A trop courir, suivre des leurres

Je n'ai pas vu le temps passer

Dépassé, j'me sens dépassé

Et je cherche en vain la lueur

A bout de souffle je perds pied

Laissez moi juste encore rêver

Laissez moi juste encore rêver


Je veux des plages blanches

Caressant l'horizon

Des heures, des minutes intenses

Et de l'amour, du frisson

Des heures de transe et de non-sens

Des heures attaché à tes hanches

Rêver à perdre la raison


Ecorché, je suis écorché

Je ne sens plus battre mon coeur

A trop courir, suivre des leurres

Je n'ai pas vu le temps passer

Dépassé, j'me sens dépassé

Et je cherche en vain la lueur

A bout de souffle je perds pied

Laissez moi juste encore rêver

Laissez moi juste encore rêver


Ecorché, je suis écorché

Je ne sens plus battre mon coeur

A trop courir, suivre des leurres

Je n'ai pas vu le temps passer

Dépassé, j'me sens dépassé

Et je cherche en vain la lueur

A bout de souffle je perds pied

Laissez moi juste encore rêver

Laissez moi juste encore rêver

Dors mon coeur d'or


Tout doucement le jour s'efface

Laissant la nuit prendre sa place

Sans artifices elle se dévoile

Devant moi, des milliers d'étoiles


J'voudrais pouvoir te dire

Que l'absence me déchire

Qu'il est dur de survivre

Je voyage sans dérive

Là dans tes bras j'tenais ma chance

L'amour enfin, ma revanche

Un rêve inachevé

J't'aurais tout donné, j'aurais pu

Me saigner, partir, tout t'avouer

Depuis, ma vie s'est suspendue

Je ne peux t'oublier


Dors mon coeur d'or

Ce soir, le ciel t'appartient

Dors mon coeur, mon trésor

Je t'attendrai encore demain

Je suis toujours là près de toi

Là, juste un peu plus bas

Là où tu ne me vois pas

Dors mon coeur d'or


Tu avais l'air si pâle

Et les yeux reposés

Des reflets tel un ange

Sur tes lèvres azurées

Y'avais dans ton regard un voile

Cette lueur qui nous change

Un air d'éternité

Le temps devait être pressé

De te voir déjà t'égarer

Si seulement je m'étais douté

Je t'aurais plus aimé


Dors mon coeur d'or

Ce soir, le ciel t'appartient

Dors mon coeur, mon trésor

Je t'attendrai encore demain

Je suis toujours là près de toi

Là, juste un peu plus bas

Là où tu ne me vois pas

Dors mon coeur d'or


Comme une étoile rejoint le ciel

Comme une lumière, la plus belle

Et du plus profond des sommeils

Ce soir, tu as ouvert tes ailes


Dors mon coeur d'or

Ce soir, le ciel t'appartient

Dors mon coeur, mon trésor

Je t'attendrai encore demain

Je suis toujours là près de toi

Là, juste un peu plus bas

Là où tu ne me vois pas

Dors mon coeur d'or


Dors, vole

Vole, vole

Laisse tes ailes t'empoter


Tant qu'il est encore temps


Je parcourrais la terre entière 

Si demain je devais prouver 

Et j'écumerais tous les déserts 

Si c'était le prix à payer 

Le temps peut compter à rebours 

Creuser des fossés être sourd 

Moi je me ferais une écorce 

Je puiserais en moi la force 

Pour te chercher 

Pour retrouver ma raison


Les jours me semblent si longs loin de toi 

Je n'pourrais pas vivre comme ça 

Ce serait comme avancer dans le noir 

Je dépérirais tôt ou tard 

Je veux tout donner maintenant 

 Te dire que je brûle je t'ai dans le sang 

 T'aimer tant que nôtre amour est vivant 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant qu'il est encore temps


Je bannirai tous les peut-être 

Ceux qui nous ont tué nos rêves 

Toutes les peurs qu'on a vu naître 

Avant que l'envie nous achève 

Je saurai me battre pour toi 

Et même oublier d'être moi 

Je deviendrai ce qu'il faudra 

Et même amant si c'est ton choix 

Pour te garder 

Te redonner le frisson


Les jours me semblent si longs loin de toi 

Je n'pourrais pas vivre comme ça 

Ce serait comme avancer dans le noir 

Je dépérirais tôt ou tard 

Je veux tout donner maintenant 

 Te dire que je brûle je t'ai dans le sang 

 T'aimer tant que nôtre amour est vivant 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant qu'il est encore temps


Il ne faut pas que je nous gâche 

Laisser mon cœur las t'étouffer 

Avant que le tient se détache 

 Je te promets je vais changer 

J'empêcherai le vent de tourner


Les jours me semblent si longs loin de toi 

Je n'pourrais pas vivre comme ça 

Ce serait comme avancer dans le noir 

Je dépérirais tôt ou tard 

Je veux tout donner maintenant 

 Te dire que je brûle je t'ai dans le sang 

 T'aimer tant que nôtre amour est vivant 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant que j'en ai le temps 

Tant qu'il est encore temps

 

Mickael.Chrétien tous droits réservés